Les effets des ondes électromagnétiques sur la santé

Les connaissances actuelles indiquent des effets à court terme sans impact sur la santé, mais il n’y a pas de consensus scientifique sur les effets à long terme.

ONDES & SANTÉ

Le contexte actuel

Les études sanitaires sur les ondes électromagnétiques nécessitent une double approche : l’expertise expérimentale (études in vitro et in vivo) et l’épidémiologie.

Les études expérimentales analysent les réponses cellulaires à l’exposition électromagnétique, tandis que les études épidémiologiques examinent la fréquence des maladies chez des individus exposés, incluant les effets sur divers aspects de la santé (système nerveux, reproduction et développement, système oculaire, cancers etc.).

En France, l’ANSES évalue les effets potentiels des champs électromagnétiques sur la santé et publie des rapports sur des sujets comme la 5G et les lignes à haute tension pour guider les décisions publiques.

ONDES & SANTÉ

Les effets connus

Les effets des ondes électromagnétiques sur la santé peuvent varier en fonction de plusieurs facteurs tels que la fréquence, l’intensité de l’exposition ou encore la durée. Dans la catégorie des effets court terme, on distingue les effets biologiques et sensoriels ou encore les stimulations électriques, mais les effets à long terme, moins connus, font également l’objet d’une grande vigilance. Des études sur l’électrohypersensibilité sont également menées.

À court terme, les seuls effets sur la santé constatés suite à une exposition à des radiofréquences sont liés à un échauffement des tissus biologiques, il s’agit d’effet thermique.

À long terme, il n’y a pas de mécanisme biologique identifié de manière certaine. En l’absence de consensus scientifique, des incertitudes subsistent d’autant que certaines études mettent en avant une possible corrélation entre usage intensif du téléphone mobile et d’éventuelles formes de cancer du cerveau comme le gliome.

Le gouvernement a ainsi défini les 6 bons comportements à adopter pour réduire son exposition. Comme pour les champs basses fréquences, le centre international de recherche sur le cancer a classé, par prudence, cette catégorie de champ comme cancérogènes possibles.

À court terme, les effets sanitaires connus face à une exposition à des champs basses fréquences sont des courants induits dans le corps humain qui se traduisent par une stimulation électrique du système nerveux. Les limites d’exposition fixées par décret ont été établies en vue de limiter ces effets.

À long terme, il n’y a pas de mécanisme biologique identifié de manière certaine. Certaines études épidémiologiques mettent cependant en avant une possible corrélation entre une exposition aux basses fréquences et la leucémie chez l’enfant.

Par prudence, le centre international de recherche sur le cancer a classé cette catégorie de champ comme cancérogènes possibles.

Il existe, dans la littérature, de nombreux cas rapporté de personnes se plaignant de nombreux symptômes qu’elles corrèlent avec leur exposition aux ondes. C’est ce que l’on appelle l’électrohypersensibilité.

Bien que les connaissances actuelles ne permettent pas d’établir le lien entre symptômes et exposition, l’ANSES a mené à bien une expertise. Elle a permis de reconnaître la réalité des douleurs et souffrances (maux de tête, troubles du sommeil, de l’attention et de la mémoire, isolement social, etc.) des personnes se déclarant électrohypersensibles, les amenant à modifier leur habitudes de vie pour diminuer leur exposition.

Les recherches en France et à l’international continuent sur le sujet, notamment dans des conditions expérimentales prenant en considération les quotidiens des personnes EHS.

Pour rester informé sur la thématique des ondes électromagnétiques et de la santé environnementale, entrez votre email

Jeune femme derrière l'écran de son ordinateur portable semblant souffrir de maux de tête ou de fatigue

ONDES & SANTÉ

Exposition aux ondes, suis-je en danger ?

L’exposition aux ondes électromagnétiques dans la vie quotidienne est considérée comme sûre dans les limites réglementaires établies. Les niveaux d’exposition courants, tels que ceux des antennes relais, des téléphones mobiles, du Wi-Fi et des appareils électroniques, restent bien en dessous des seuils prévus pour éviter des effets biologiques sur le corps humain.

Cependant, des préoccupations persistent concernant les effets à long terme, ce qui nous incite à suivre les recommandations des autorités sanitaires. Ces préoccupations se concentrent principalement sur l’utilisation des téléphones portables, particulièrement chez les jeunes qui les utilisent intensivement. Il est essentiel, par exemple, de téléphoner dans des zones bien couvertes, car les téléphones portables émettent moins d’ondes lorsqu’ils reçoivent un signal fort de l’antenne relais.

Ainsi, contrairement à certaines idées reçues qui brocardent les antennes-relais dans le débat ondes et santé, et dans la mesure où une écrasante majorité de la population fait usage de terminaux mobiles, il est nécessaire de bien comprendre les enjeux de santé environnementale pour bien déployer les infrastructures numériques.

Comment connaître mon exposition aux ondes ?

01

Audit

Commencez par identifier les appareils émettant des ondes électromagnétiques que vous utilisez régulièrement. En tenant compte de la durée d’utilisation et de la distance par rapport à ces appareils, vous pouvez avoir une idée approximative de votre exposition personnelle.

02

Rapports

Vous pouvez également consulter les rapports d’organismes compétents pour obtenir une estimation générale de l’exposition aux ondes dans votre région. Pour cela, rendez-vous sur le site Cartoradio.fr. Pour aller encore plus loin, le site de l’Observatoire des Ondes fournit des niveaux d’exposition aux ondes électromagnétiques en temps réel.

03

Mesures

Demandez des mesures d’exposition aux ondes dans votre logement grâce au dispositif de L’ANFR et analysez les différentes sources d’émission (antennes relais, téléphones mobiles, etc.) présentes chez vous pour vous rassurer quant à la conformité aux normes en vigueur.

NEWSLETTER

Tout ce que vous devez savoir sur les ondes électromagnétiques, directement dans votre boîte email

TOUT COMPRENDRE

F.A.Q

Dans cette rubrique, nous répondons aux questions les plus fréquentes concernant les potentiels risques pour la santé liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques. Vous trouverez des informations objectives, basées sur les recherches scientifiques actuelles, afin de vous aider à mieux comprendre ces risques et à prendre des mesures pour vous protéger.

Dans la plupart des cas, les ondes électromagnétiques présentes dans notre environnement quotidien, telles que la lumière visible et les ondes radio, ne posent pas de risques pour la santé humaine. Cependant, certaines fréquences plus élevées, comme les rayons X et les rayons gamma, peuvent être ionisantes et présenter des risques pour la santé, tels que des dommages à l’ADN et des effets néfastes sur les tissus et les organes.

Dans le cas des animaux, les recherches se sont principalement concentrées sur les effets des champs électromagnétiques générés par les lignes électriques à haute tension et les antennes de télécommunication. Certaines études ont suggéré des effets sur le comportement, la reproduction, le système immunitaire et d’autres paramètres chez les animaux exposés à des niveaux élevés de champs électromagnétiques. Cependant, il convient de noter que les résultats de ces études sont variables et que davantage de recherches sont nécessaires pour parvenir à des conclusions plus définitives.

En cas de préoccupation spécifique concernant les animaux et les ondes électromagnétiques, il est recommandé de consulter un vétérinaire ou un expert en santé animale pour obtenir des conseils appropriés.

Les téléphones portables émettent des radiofréquences, qui sont une forme d’ondes électromagnétiques. Jusqu’à présent, les études scientifiques n’ont pas fourni de preuves concluantes montrant un lien direct entre l’utilisation des téléphones portables et des effets néfastes pour la santé. Cependant, les autorités mettent en avant le manque de recul face à d’éventuels effets à long terme et recommandent des règles d’usage comme l’utilisation d’un kit mains libres ou de privilégier les zones de bonne couverture.

Les études scientifiques menées jusqu’à présent n’ont pas démontré de manière concluante que l’exposition aux radiofréquences des antennes de téléphonie mobile à des niveaux conformes aux normes de sécurité entraîne des effets néfastes pour la santé. Les agences de réglementation et les organismes de santé continuent de surveiller la recherche dans ce domaine.

Il existe de nombreuses études scientifiques menées dans le domaine des ondes électromagnétiques et de leurs effets potentiels sur la santé humaine, par exemple :

  • Interphone Study : C’est une étude épidémiologique internationale réalisée dans plusieurs pays pour évaluer le lien entre l’utilisation du téléphone portable et le risque de tumeurs cérébrales. Les résultats globaux de l’étude, publiés en 2010, n’ont pas montré de risque accru de tumeurs cérébrales liées à l’utilisation du téléphone portable. Cependant, des limites méthodologiques ont été soulignées.

  • Étude du National Toxicology Program (NTP) : Le NTP est un programme de recherche américain sur la toxicologie. En 2018, le NTP a publié les résultats préliminaires d’une étude à long terme portant sur l’exposition aux radiofréquences chez les rats et les souris. Les résultats ont montré une augmentation du risque de tumeurs cardiaques chez les mâles exposés à des niveaux élevés de radiofréquences. Cependant, ces résultats sont encore sujets à débat et nécessitent des études complémentaires.

  • Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) : Le CIRC est une agence spécialisée de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En 2011, le CIRC a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences comme « peut-être cancérogènes pour l’homme » (Groupe 2B), en se basant sur des preuves limitées et des incertitudes quant aux effets potentiels sur la santé.

 

Il convient de noter que la recherche sur les ondes électromagnétiques et leurs effets est un domaine en évolution, et de nouvelles études sont régulièrement publiées. Les organismes de réglementation et les organismes de santé publique continuent de surveiller la recherche et d’évaluer les preuves disponibles pour établir des recommandations et des directives.

Plusieurs organismes de réglementation et organismes de santé publique sont impliqués dans l’évaluation et la réglementation des ondes électromagnétiques. Voici quelques exemples :

  • Organisation mondiale de la santé (OMS) : L’OMS est une agence spécialisée des Nations Unies chargée de la santé publique. L’OMS a établi le Programme international sur la sécurité des champs électromagnétiques (International EMF Project) qui vise à évaluer les risques potentiels pour la santé associés aux champs électromagnétiques et à développer des lignes directrices.
  • Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) : L’ICNIRP est une organisation scientifique indépendante qui établit des directives internationales sur les niveaux d’exposition aux champs électromagnétiques. Les recommandations de l’ICNIRP sont utilisées par de nombreux pays comme base pour leurs limites d’exposition.
  • Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) : L’ANSES est une agence française chargée de l’évaluation des risques sanitaires liés à l’environnement. Elle mène des études et fournit des avis sur les effets des champs électromagnétiques sur la santé humaine.
  • Federal Communications Commission (FCC) : La FCC est l’organisme de réglementation des communications aux États-Unis. Elle établit des limites d’exposition aux champs électromagnétiques et réglemente l’utilisation des fréquences radio aux États-Unis.
  • Agence de santé publique du Canada : L’Agence de santé publique du Canada fournit des informations, des recommandations et des conseils sur les effets des champs électromagnétiques et sur les précautions à prendre pour réduire l’exposition.

Il convient de noter que chaque pays peut avoir ses propres organismes de réglementation et de santé publique chargés de surveiller et de réglementer les ondes électromagnétiques en fonction de leurs propres normes et réglementations nationales.

En France, les valeurs limites d’exposition aux champs électromagnétiques sont définies par les instances réglementaires qui peuvent émettre des décrets et des lois (loi abeille ou décret n° 2016-1074 du 3 août 2016 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux champs électromagnétiques par exemple). les principales valeurs limites d’exposition pour les fréquences couramment utilisées sont les suivantes :

  • Pour les radiofréquences (utilisées par les téléphones portables, les antennes relais, etc.) : 41 V/m pour une fréquence de 900 MHz et 61 V/m pour une fréquence de 1800 MHz pour le grand public. 61 V/m pour une fréquence de 900 MHz et 87 V/m pour une fréquence de 1800 MHz pour les travailleurs exposés.

  • Pour les champs électriques et magnétiques basse fréquence (50 Hz) : 5 000 V/m pour les champs électriques et 100 µT (microteslas) pour les champs magnétiques pour le grand public. 10 000 V/m pour les champs électriques et 500 µT pour les champs magnétiques pour les travailleurs exposés.

 

Ces valeurs limites sont basées sur les recommandations de l’ICNIRP (Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants) et tiennent compte d’un certain niveau de sécurité pour protéger la santé humaine contre les effets thermiques (augmentation de la température corporelle) et les effets non thermiques potentiels. Il est important de souligner que ces valeurs limites s’appliquent aux expositions continues et à court terme. Des précautions supplémentaires peuvent être prises pour certaines populations sensibles, comme les enfants, les femmes enceintes et les personnes atteintes de certaines conditions médicales.